30 juin 2011

Les mains sales

de Jean-Paul Sartre
Mise en scène de Geneviève Brunet et Odile Malet
A la fin des années 1940, après le tremblement de terre de la seconde guerre mondiale, tous les intellectuels avec dans le peloton de tête des écrivains: romanciers et dramaturges, se firent un devoir de prendre parti et de proclamer que la vérité ne pouvait être que dans un camp. D’où controverses, règlements de comptes et remises en question. ‘Engagés’, ils l’étaient en permanence au bord d’un volcan peu destiné à s’éteindre, du moins le pensaient-ils.
Jean Cocteau a contribué à la première mise en scène de cette oeuvre ambitieuse et forcément un peu bavarde tant il est vrai qu’au siècle dernier une pièce de théâtre devait durer plusieurs heures ; l’auteur risquait de « meubler », ce qui est le cas ici. Soit un texte parfois encombré d’aphorismes simplets, de formules qui se voudraient percutantes mais se révèlent déraisonnables jusqu’à en devenir dérisoires. Mais il y a cette belle histoire d’amour pour joli couple. Elle, c’est Jessica, jeune femme de cet Hugo, honnêtement fanatique et voué à la ‘bonne ‘cause ; et c’est forcément elle qui fera tout sombrer dans le mélodrame. Ordre et désordre : des habits et des sous-vêtements jonchent la scène, les comédiens les ignorent, les enjambent. Encombrement de valises qu’ils ouvrent frénétiquement, chaises sommaires et affreux tabourets. Une machine à écrire, objet plus que symbolique, n’est surtout pas d’époque et deux personnages pour BD, ridicules et odieux, sont les gardes du corps de cet Hoederer qui a pris le pouvoir au sein de son parti et dont le cynisme sidère.
Jean-Luc Jeener est un comédiens singulier, donc rare parce qu’on ne peut le comparer à aucun autre. Sa présence, ses gestes, son regard clair et dérangeant, la façon dont il évolue sur les planches, sa voix légère ou de stentor, métallique ou chaleureuse et sa diction magistrale en font une ‘bête de scène’. Il est Hoederer , personnage dont le jeune Hugo, devenu son secrétaire dans le but de le neutraliser, donc de le supprimer - parti et cause obligeant - tombera sous le charme. Ses camarades et partenaires sont tous très étonnants.
Théâtre du Nord-Ouest, dans le cadre de la saison Camus, Sartre, De Gaulle et la Politique. Réservations: 01 47 70 32 75 et www.TheatreDuNordOuest.com