04 juin 2011

Saliéri, le mal aimé de Dieu

de et par Jean Hache
Mise en scène : Jean Hache et Roland Hergault, avec la voix d’Emmanuel Ray (Mozart).
Il y a eu la nouvelle de Pouchkine, et depuis un quart de siècle nous sommes sous le charme de l’Amadeus de Milos Forman ce ‘film-culte’. La pièce de Jean Hache prend magistralement le relais de ces incontournables. Comment un artiste doté par le Créateur d’un talent qu’il a fait fructifier grâce à un travail constant, homme reconnu par ses pairs et par son protecteur le monarque (qui, en terre chrétienne, est aussi lieutenant du Très-Haut) pourrait-il accepter de se faire court-circuiter et coiffer au poteau par un gamin prolongé, facétieux, baroque, mais adulé par ceux qui saluent en lui un génie ? Seigneur où est ta justice ?
Jean Hache, dans un costume d’époque dont il se défait pour mieux le ré-endosser, évolue dans un décor ingénieux mais très réaliste : non pas asile pour personnage nuisible mais simple lieu d’enfermement. Comédien rare à la présence et à la gestuelle fascinantes, il a décidé de nous mettre mal à l’aise face à la moins bonne part de nous même : nos fausses inquiétudes, mais surtout nos simples envies et jalousies.
« Mon Seigneur que j’ai rencontré, révéré, servi, j’ai accepté les souffrances que tu m’as infligées mais voici que tu ne m’aimes plus … enfin plus comme autrefois. » C’est ainsi que nous l’avons reçu. On dirait un petit garçon blessé ; pourtant l’homme sur le retour et certainement vertueux est père de huit enfants. Mais qu’est-ce qu’aimer et être aimé ?
Mozart intervient : voix off chaude qui fascine autant qu’elle met Saliéri mal à l’aise.
Les musiques de Bach (soit sa version de Innsbrück Ich Muss Dich Lassen ) mais surtout de Wolfgang, cet Amadeus - voyez : « qui aime Dieu » ou serait-ce: « qui est aimé de Lui ? » et dont Jean Hache a choisi des passages de L’enlèvement au Sérail, des Noces de Figaro et de la Flûte Enchantée pour monter vers un Requiem auquel celui de Saliéri sera un parfait écho. Match nul, diriez-vous ou simple histoire d’amours contrariées ? Jean Hache vous fera prendre parti.
Le Lucernaire jusqu’au 28 août, du mardi au samedi à 18 h30. Réservations : 01 45 44 57 34.