31 août 2016

Le corps de mon père, de Michel Onfray

Ce qui surprend au premier abord est une certaine ressemblance entre le comédien et l’auteur. On comprend que son père, puisque c’est de lui dont il est question, fut un homme peu causant mais ô combien vénéré ! Un amour du père que le comédien rend avec toute la justesse et tout le talent de celui qui sait parfaitement s’identifier avec son personnage. La troublante véracité de son jeu et sa présence quasi envoûtante donne à l’expression de cette piété filiale une force et une profondeur à la fois mystérieuse et chaleureuse. Du coup c’est toute notre enfance et toute notre jeunesse qui ressurgit et nous comprenons subitement tout ce qu’on n’avait pas saisi sur le moment, et combien ces temps-là furent heureux. Le déroulement de l’action pourrait alors s’en trouver ralenti, sans toutefois nous empêcher de vouloir connaître la suite du récit. Mais il n’en est rien.
La scène, toute petite, est occupée par des machines-outils et envahie d’accessoires multiples. Le fils, qui s’identifie à ce père qui était ouvrier agricole, cuisine devant nous du pain - qu’il nous proposera en dégustation à la fin du spectacle - en alternance avec la fabrication d’une structure d’œuvre d’art. Il nous est ainsi donné d’entendre le récit passionné et passionnant de son existence, de son travail et de son amour de la sculpture. Un itinéraire surprenant qui glorifie le travail bien fait pouvant atteindre à la perfection artistique.

Essaïon Théâtre, 6 rue Pierre au Lard, Paris 4ème. Renseignement et réservations : 01 42 78 46 42.